Born in Brooklyn

MOB, Un Mouvement De Pionniers

MOB, pour Maïmonide of Brooklyn est né en 2011 dans le quartier populaire de Boerum Hill, 525 Atlantic Avenue, NYC. Notre approche reposait sur le mot d’ordre « VEGAN FOOD FOR CARNIVORES ». Une carte visionnaire pour l’époque, pensée avec notre regretté Alain Senderens avec comme ambition convaincre que l’on peut prendre plaisir à manger vegan. Il a d’ailleurs permis au MOB d’être récompensé par le Daily News comme le meilleur restaurant vegan de New York. C’est donc avec nos voisins, nos communautés d’artistes, d’agriculteurs et d’optimistes que ce mouvement a grandi puis s’est naturellement installé à Saint-Ouen (nous sommes français !), dans les Puces de Paris et à Confluence, dans la ville de Lyon en 2017.

MOB HOTEL

Engagé Mais Pas Moraliste

Si notre histoire est fortement imprégnée de l’écologie sociale, nous délaissons les modèles et schémas de pensée tout tracés pour avancer selon nos propres convictions. Notre propos est de simplement (ré)concilier l’humain, son environnement et l’environnement au sens large, sans être culpabilisant et en reconnaissant notre imperfection sur le sujet. Il s’agit là d’une sorte d’écologie du bon sens, plus intuitive que dogmatique.

Ici, on ne juge pas : on fait. Et on progresse chaque fois un peu plus. L’humain est au centre de nos choix. Pour nos pizzas, par exemple, on aurait pu choisir de la farine BIO française. Nous sommes littéralement tombés sous le charme d’un petit moulin italien travaillant avec un granit des Pyrénées assez inédit dont la qualité est telle que les grains de blés sont très peu chauffés. Ces petites graines sont de véritables trésors. Notre Moulin les cultive à plus 1500 mètres d’altitude afin que le froid développe naturellement les enzymes nécessaires à la destruction de l’amidon. Voilà pourquoi les pizzas de MOB HOTEL sont si digestes et si bonnes.

Nous aimons cultiver notre liberté : de choix et d’actions. Mais elle a bien entendu un prix... Pour cela, nous limitons la rentabilité du MOB aux alentours de 5%, et nous investissons le reste dans des projets à dimension sociale, comme nous l’avons fait pour l’école de mode CASA 93 par exemple ou entre autres, pour offrir des jardins potagers à nos voisins. Cette sérénité de croissance nous assure la liberté de pouvoir faire les choix engagés que nous faisons.

Clivant Mais Populaire

« Puisqu’on ne vit qu’une seule fois, autant établir de bonnes relations avec soi-même »

Roland Topor.

Certaines émotions, propres au MOB HOTEL, vous feront vous y sentir comme à la maison, lits de palace en plus ! D’autres en revanche, détesteront certaines approches et seraient certainement plus heureux ailleurs. Le MOB est populaire mais parfois clivant. Ne cherchez pas de TV chez nous, vous seriez déçus. Nous proposons en alternative, un wifi d’exception avec une borne par chambre (là où les hôtels traditionnels en partagent une pour 20) et des livres, des livres, des livres, à chiner dans nos bibliothèques.

Petits et grands, peu familiers avec la nature, se croisent parfois autour de notre ferme pédagogique de Saint Ouen. Ils viennent éveiller leur conscience et salir leurs mains, en les plongeant dans la terre ou en allant parfois récolter les œufs de notre poulailler.

Riverains et clients se croisent au gré d’événements d’intérêt général, ouverts à la culture, à la curiosité, à la découverte des réalités des quartiers où nous sommes implantés. D’un MOB à l’autre, rien ne se ressemble. MOB n’est pas une chaine hôtelière et chaque projet se construit autour d’une nouvelle page blanche. Chaque nouvelle ouverture prend du temps (5 ans en moyenne) mais nous aimons prendre ce temps, pour découvrir et comprendre les endroits qui nous accueillent. Nous nous inspirons des réalités culturelles, sociologiques, historiques des lieux où nous posons nos valises afin de concevoir un projet unique, qui refuse le principe de déclinaison. N’oublions pas que dans « déclinaison », il y a « déclin », ce qui ne nous inspire guère.

MOB HOTEL

Écologique Mais Social

Pour nous, l’écologie sociale, c’est d’abord le refus d’opposer la fin du monde à la fin du mois ! Car pour nous l'urgence environnementale et la préoccupation sociale sont et doivent demeurer indissociablement liées. Cela peut générer des doutes, des choix parfois difficiles : notre mobilier, par exemple, n’est pas éco-conçu, mais fabriqué par des artisans qui travaillent de belles matières et font vivre leur éco-système local… Comme tout le monde, nous avons nos contradictions, nos paradoxes, mais nous les assumons parce que nous les avons pensés, pesés.

Nous choisissons précisément les territoires qui nous accueillent : des territoires porteurs d’espoir. Hier dans un quartier populaire de Brooklyn, aujourd’hui en Seine Saint-Denis ou dans un quartier émergent de Lyon, ou demain dans ce qui n’est encore qu’une friche industrielle de Bordeaux… Partout, nous y privilégions les CDI comme mode de contractualisation pérenne avec les hommes et les femmes qui constituent nos équipes. L’humain, vous l’aurez compris, est notre terreau.

Le Bouclard par exemple, fournit nos boutiques MOB en se souciant des conditions de production et de rémunération de ceux qui produisent. Autre exemple avec les cosmétiques bio Soin de soi, que vous trouverez sous peu dans vos chambres. Nous sommes littéralement tombés sous le charme de leur entreprise. Les 2 fondatrices bordelaises confectionnent leurs cosmétiques comme nous, en changeant les règles du jeu de leurs propre secteur.

Au MOB, c’est souvent comme ça : une affaire de rencontre.

En équilibre avec notre engagement social, l’environnement y trouve sa place via notamment, nos jardins potagers. Nous les ouvrons aux riverains comme lien puissant à la nature (humaine, aussi), et nous les prêtons aux Jardins de Julie, initiative voisine qui fournit en partie le MOB et vend ses semis.

Pour nous, le Bio n’est pas un diktat bobo à suivre à tous crins. Même si 100% de nos produits sont bio dans nos restaurants, nous veillons surtout à agir avec bon sens, comme le local et les produits de saison qui rythment les cartes de nos restaurants et auxquels nous formons nos jeunes Chefs. Et comme il n’y a pas que le bio dans l’assiette, nous avons retiré la viande rouge pour proposer des volailles locales. Nous travaillons la pêche raisonnée sous les conseils de la Fondation Good Planet. Nous trions, recyclons (en gros pense-bête, des poubelles de tri sont disséminées partout au MOB), compostons nos déchets organiques via Plaine Commune et Les Alchimistes. Nous faisons la chasse aux déchets en tout genre, alimentaires (vous ne trouverez par exemple pas de brunchs gargantuesques chez nous), mais aussi plastiques à usage unique avec des carafes d’eau plutôt que des bouteilles jetables, des contenants de gels douche et shampoing rechargeables dans vos chambres… Par ailleurs, au MOB HOTEL Paris les Puces et sous le contrôle des Alchimistes, nous avons installé un compost exclusivement dédié à nos voisins.

MOB HOTEL

Bien que nous soyons en cours de certification biologique au MOB HOTEL Paris les Puces (certification obtenue le 31 aout 2020 à Lyon Confluence), nous ne voyons pas les labels comme de précieux sésames à afficher, il nous poussent plutôt à aller plus loin. Nous pourrions en parler pendant des heures… Demandez-nous si vous voulez en savoir plus...

MOB HOTEL

Local Mais Pas Localiste

Comment ça ? Et bien par exemple : la farine bio de nos pizzas vient d’Italie car elle est exceptionnelle. Nous utilisons du poivre, proposons du café, du thé, venant pourtant de très loin. C’est ce que l’on appelle l’exception Marco Polo: se permettre la consommation de produits non locaux dans une démarche pourtant locale… C’est la distinction que nous faisons entre local & localiste qui prône le local envers et contre tout, y compris parfois le sens commun.

MOB HOTEL

Au MOB, très peu pour nous : nous faisons à notre sauce, bio et locale de préférence. Nous produisons par exemple notre propre miel (80kg à Paris en 2019), et notre propre bière… il ne s’agit pas seulement de sourcer un brasseur en local, mais de chercher des céréales bio et locales ! Le travail est nettement plus complexe, croyez-nous !

D’ailleurs, d’ici peu, toutes les bières industrielles aux marques trop connues, disparaitront du MOB pour faire la part belle aux entrepreneurs du bio ou du local. Nos restaurants, 100% bio (boissons, nourriture, snacks) proposent une carte de saison, approvisionnée auprès de coopératives agricoles ou, chaque fois que possible, en ultra local, par du « direct producteur ». Nous accueillons d’ailleurs 2 fois par semaine, à Saint-Ouen, La Ruche Qui Dit Oui (réseau de communautés d'achat direct aux producteurs locaux) pour en faire profiter les riverains. Nous attendons que nos voisins lyonnais se fassent plus nombreux pour y installer cette même initiative.

Mais le local, à l’échelle du monde, c’est aussi : la France. Le MOB est une entreprise française qui paie ses taxes en France (on préfère construire éthiquement nos paradis plutôt que de nous réfugier fiscalement dans d’autres) et privilégie le Made in France, in Paris, in Bordeaux, comme vous pourrez le chiner au MOB SHOP.

BREF. De façon générale, l’idée est pour nous de développer l’attractivité des territoires sur lesquels nous nous implantons en capitalisant sur des individus qui aiment et savent raconter l’âme de nos quartiers.

Pour les animer et favoriser les rencontres, nous faisons vivre des live, des unplugged, des conférences littéraires, notre MOB Radio, des ateliers sportifs, des événements non marchands et autres marchés vintage. L’édition de notre propre journal, le MOB Paper et ses interviews exclusives, mènent à la réflexion, à l’action. De grands ménages de printemps sont organisés à Paris et à Lyon avec les riverains et salariés du MOB. L’idée : nettoyer nos rues ensemble et apprendre à se connaitre différemment. Parce que oui : être hôte, c’est à la fois accueillir et être accueilli...

Forcer Le Destin

Le MOB est beaucoup de choses, mais jamais fataliste. Nous encourageons les initiatives qui nous touchent et qui vont dans le sens de nos convictions. Comme l’école de mode Casa 93. Elle est née au MOB. Nous l’avons hébergée gracieusement pendant plus de 2 ans et avons vu naître les futurs talents de l’upcycling, maintenant placés dans de prestigieuses maisons de mode.

MOB HOTEL

MOB soutien également des associations, des missions, à l’image de la mission Potosi en Bolivie ou la coopérative Ibaba qui travaille le développement économique par l’insertion professionnelle des femmes au Rwanda.

MOB HOTEL
MOB HOTEL

Enfin, nous travaillons sur un projet d’envergure qui nous tient particulièrement à cœur, en alerte et en haleine : une école de tourisme raisonné et d’écologie sociale. Un projet MOB, sur une trentaine d'hectares dont 5 cultivables. Une ancienne ferme et ses dépendances que nous allons restaurer abritera notre école de tourisme raisonné et d'écologie sociale. Nous permettrons à des gens sans formation, sans diplôme, de 18 à 99 ans, à s'initier pendant six mois à ce nouvel art de vivre à la française. Ils dormiront sur place et bénéficieront de cours d'agriculture, de botanique, de tourisme et de services… Il est question de faire une cuisine plus soucieuse de la production locale et du rythme des saisons, de maîtriser le compostage, l'économie de l'eau, de s'intéresser aux matériaux recyclables, à l'énergie solaire, tout en sachant accueillir chaleureusement. Car la question de l'hospitalité et de la bienveillance à l'égard de l'autre est un grand défi lancé à nos contemporains.

Voilà, en connaissant désormais notre histoire, nos projets : passez à présent nous voir et testez MOB, écrivez-nous, parlez de nous, rejoignez notre mouvement...

A bientôt camarades !

Veuillez patienter...

{{if product.getParentProduct().name}} {{var product.getParentProduct().name}}
{{else}} {{var product.name}}
{{/if}} a été ajouté à votre panier


Produit supprimé avec succès